L'ARJEL donne son avis sur les Loot Boxes de jeux vidéo

img auteur
Par LE 10.07.2018
L'ARJEL donne son avis sur les Loot Boxes de jeux vidéo

Le phénomène des micro-transactions dans les jeux vidéo est au centre de l'attention du régulateur des jeux en ligne en France. Après une année 2017 où le phénomène a pris de l'ampleur, l'ARJEL a décidé de faire un point sur les fameuses Loot Boxes et globalement sur le principe des jeux gratuits à options payantes.

Loot Boxes dans un jeu = jeu d’argent ?

L’ARJEL est le gendarme des jeux en ligne et a pour mission de réguler les activités de paris sportifs, paris hippiques et poker en ligne. L’organisme admet que le sujet des Loot Boxes a besoin d’être creusé. Techniquement, le fait de payer pour une amélioration dans un jeu (qui à la base est gratuit) pourrait catégoriser ce jeu comme « jeu d’argent ».

En réalité, la présence de ces options payantes dans de très nombreux jeux ne datent pas d’hier. Cela fait des années que les jeux sur mobile sont sujets à ce type de fonctionnement. L’application est gratuite pour celui qui la télécharge mais le joueur peut décider à tout moment de s’acheter des fonctionnalités, des options pour améliorer son compte, sa progression dans le jeu.

Si la plupart des joueurs qui dépensent pour ce genre de jeux restent modérés dans leurs investissements, certains ont du mal à s’autogérer – comme pour les jeux d’argent classiques – et arrivent à dépenser des fortunes, au point de se mettre à risque financièrement. Il est déjà arrivé que ce genre de personnes soient des mineurs.

L’ARJEL, qui reste inactive (dans les faits) face à ce phénomène, admet tout de même être préoccupée : « La pratique des micro-transactions à l’intérieur d’un jeu, qu’il soit payant ou gratuit, était bien présente depuis quelques années et soulevait d’ores et déjà une certaine inquiétude et une vigilance de la part des régulateurs et notamment de l’ARJEL. »

Pour le moment, l’autorité n’a pas été claire sur son implication sur ce sujet dans le futur. Le régulateur admet que le sujet est important mais qu’il faut en discuter, notamment par le biais de colloque sur la notion de jeux d’argent. Un colloque sera organisé en février-mars 2019 à Bordeaux. Autrement dit, rien n’a été fait et rien ne sera fait avant 2019-2020. Comme toujours avec ce genre d’administration, la patience est de mise...

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.