Les opérateurs en ligne espagnols attendent les machines à sous avec impatience

img auteur
Par LE 22.10.2014
Les opérateurs en ligne espagnols attendent les machines à sous avec impatience

Le régulateur en ligne espagnol (DGOJ) est en train d’étudier les demandes de licences pour le lancement prochain des machines à sous en ligne. Ce lancement attendu pourrait permettre de rebooster ce marché stagnant.

Les machines attendues par tous

La Direccion General de Ordenacion del Juego (DGOJ) est en train de communiquer sur les ouvertures de licences concernant les machines à sous et d’autres produits de jeux en ligne.

Afin d’être légal, il faut que les opérateurs obtiennent ce laissez-passer et lancent un site en.es. Beaucoup d’opérateurs attendent avec impatience cette extension des jeux.

Les existants comme les potentiels nouveaux doivent effectuer une demande de licence afin de proposer des machines à sous dans le futur. Les machines sont les jeux les plus populaires du net et sont attendues pour faire du bien au marché.

« L’Espagne est un petit marché et il y a peu de chances que le poker en ligne prennent de l’importance. […] Je pense que toute expansion possible de marché ne sera possible qu’avec l’introduction de machines à sous et de produits compétitifs. » a déclaré Agustinoy Guilayn, spécialiste des jeux.

Ce dernier estime que pour être compétitif à son maximum, le marché doit comporter des plateformes capables de rassembler de nombreux jeux de casino différents comme les machines à sous, les jeux de table et le poker en ligne.

« Nous attendons entre 10 et 12 demandes de licences. »

Selon un consultant sur les jeux, Eduardo Morales-Hermo, tous les opérateurs existants ont intérêt à ajouter les machines à sous à leur portefeuille de jeux.

Deuxième trimestre en baisse

D’après les derniers résultats de la DGOJ, les résultats du deuxième trimestre ont montré une baisse de Produit Brut des Jeux de 6% par rapport au même trimestre l’année passée. Comme en France, le nombre de joueurs de poker a baissé de 5%.

Les revenus liés au cash-game et de tournois sont en retrait de 8.4% et de 1%, créant un PBJ de 15.39€ millions. Comme souvent, le cash-game est plus touché à cause du taux de rake trop important (le rake est le pourcentage de « taxe » prélevé sur chaque main joué).

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.