Les responsables de l'ancien développeur Sheriff Gaming risquent la prison aux Pays-Bas

img auteur
Par LE 02.11.2018
Les responsables de l'ancien développeur Sheriff Gaming risquent la prison aux Pays-Bas

Vous souvenez-vous du développeur Sheriff Gaming ? Sheriff était un développeur de jeux de casino en ligne, spécialisé dans les machines à sous en 3D. Il y a quelques années, il était le rival le plus proche de Betsoft Gaming.

En 2013, Sheriff a commencé à subir les foudres de la justice, particulièrement la justice néerlandaise et a fini par se déclarer en faillite et à cesser toute activité en 2014. Aujourd’hui, ses responsables sont jugés et son ancien PDG risque jusqu’à quatre ans de prison.

Des dizaines de millions d'euros gagnés illégalement

Le PDG de la structure Stijn Flapper est le plus à risque dans cette affaire. La justice l’accuse de blanchiment d’argent, fraude, fraude de faillite et d’organisation d’activité criminelle. Lui et ses complices – les frères Maurice et Michel Grégoire – risquent aussi la prison. Flapper pourrait séjourner 4 ans à l’ombre. Les frères Grégoire encourent 36 et 30 mois de prison.

Ils sont accusés d’avoir opéré des services de jeux illégaux via le développeur Sheriff Gaming (qui était la propriété de Bubble Group). Ils possédaient sept casinos en ligne aux Pays-Bas, qui étaient basés à Chypre ou au Costa Rica.

Avant leur arrestation, Flapper et les frères Gregoire menaient une vie luxueuse, conduisant Bentley et Hummer, employant des majordomes. D’après les documents de la cour, les suspects ont engrangé 66€ millions grâce à leurs activités frauduleuses. Près de 100 comptes bancaires ont été gelés par les autorités.

Flapper contre-attaque aux Pays-Bas

Stijn Flapper a toujours clamé son innocence et estimé que le système en place aux Pays-Bas ne lui a pas permis de se conformer à la loi. Les Pays-Bas ont essayé d’instaurer un cadre légal pour les jeux d’argent en ligne depuis des années, en vain. Sheriff Gaming n’a donc pas pu obtenir de licence officielle.

En Janvier 2017, Flapper a décidé de poursuivre le gouvernement néerlandais pour un total de 75€ millions, sous le prétexte qu’il était lui-même poursuivi sans raison, sachant que le pays tolère de nombreux autres opérateurs illégaux.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.