Non-lieu pour Partouche dans l'affaire des parties illicites de poker du casino 3.14

img auteur
Par LE 29.06.2019
Non-lieu pour Partouche dans l'affaire des parties illicites de poker du casino 3.14

Plus d’un an après avoir été accusé publiquement de fraude fiscale et de blanchiment d’argent pour des parties de poker illicites, Partouche vient d’obtenir un non-lieu de la part du Tribunal de Grande Instance de Marseille. Après le battage médiatique dont le groupe a fait l’objet, il semblerait que l’activité de poker high stakes était tout à fait légale.

La justice estime que Partouche n’a pas fauté

Rapide retour en arrière du côté du casino 3.14 de Partouche en mars 2018. Le président et le directeur général du casino avait été arrêté et placé en détention provisoire avant d’être libéré sous caution. La raison ? Des parties de poker de haute volée avaient lieu mais seule une fraction était déclarée à l’état.

La nouvelle avait fait baissé l’action du groupe Partouche de presque 20% en quelques jours et avait terni la réputation du casinotier. Celui-ci avait d’ailleurs porté plainte pour diffamation et violation du secret d’instruction.

Selon Fabrice Naudé, juge d’instruction du TGI de Marseille, « il n'existe pas de charges suffisantes contre les dirigeants de la SAS Cannes Centre Croisette, elle-même propriété de la SA Groupe Partouche, exploitant l'établissement de jeux fonctionnant sous l'enseigne Casino 3.14 à Cannes, d'avoir commis le délit d'abus de biens sociaux pour lequel ils ont été mis en examen le 12 mars 2018 ».

En plus des dirigeants, deux joueurs avaient été mis en examen mais ont bénéficié eux aussi d’un non-lieu. Le tribunal a estimé que les parties étaient légales et que la contribution financière avait été faite à l’état français. Personne n’a commis de délits de participation ou d’acte de blanchiment d’argent qui pourrait entraîner une condamnation.

Il semble donc que cela soit la fin de cet épisode fâcheux pour Partouche, qui ressort blanchi de ses accusations.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.