Portugal : Les bookmakers en ligne profitent de l'attrait du Mondial sur le deuxième trimestre

img auteur
Par LE 01.09.2018
Portugal : Les bookmakers en ligne profitent de l'attrait du Mondial sur le deuxième trimestre

Le marché des jeux en ligne portugais a pu profiter de l'attrait de la Coupe du Monde 2018 pour attirer de nombreux parieurs et booster son activité durant le deuxième trimestre. Tout comme pour les marchés français et britannique, les bookmakers se sont régalés avec cet événement planétaire, mais dans une moindre mesure.

Le Mondial dynamise l’intégralité du marché

Le régulateur portugais - Serviço Regulação e Inspeção de Jogos do Turismo de Portugal (SRIJ) – a partagé sa satisfaction à la fin du deuxième trimestre 2018 en annonçant 20,5€ millions de chiffre d’affaires des paris sportifs en ligne. A titre de comparaison, le T2 2017 avait généré 13,9€ millions sur le même vertical.

C’est avec ce genre d’évolution que l’on sent l’impact fort d’une compétition comme le Mondial. Les parieurs en ligne se sont montrés plus motivés que jamais pour y aller de leur pronostic, malgré les résultats décevants du Portugal qui a échoué en huitième de finale.

Il convient de rappeler que le marché des jeux en ligne portugais est assez jeune puisqu’il ne s’est lancé qu’il y a deux ans. La marge de progression du secteur est encore importante, sous réserve que le gouvernement ne prenne pas les opérateurs encore plus à la gorge.

En effet, les opérateurs portugais ont le même problème que les Français puisqu’ils sont taxés directement sur le Produit Brut des Jeux, non pas sur les gains des joueurs. Cela entraîne une incohérence sur le résultat puisque les mises des joueurs gagnants sont taxées alors que le bookmaker perd déjà de l’argent avec ces paris.

Quelque 103,000 nouveaux comptes ont été créés pendant le T2 2018 (contre 40,000 sur le même trimestre en 2017), sachant que près de la moitié l’ont été en juin, juste à temps pour le Mondial. Les paris sur le football ont contribué pour 75 % des mises de paris sportifs, ce qui est plus ou moins dans la moyenne des autres trimestres. Cela peut s’expliquer par le fait que les parieurs venant pour le football peuvent s’intéressent aussi à d’autres sports, mis en avant par les bookmakers.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.