Portugal : les joueurs en ligne continuent de jouer sur les sites non régulés

img auteur
Par LE 06.11.2019
Portugal : les joueurs en ligne continuent de jouer sur les sites non régulés

Au Portugal, la plupart des joueurs en ligne du marché des jeux d'argent continuent de miser sur des sites illégaux, malgré la régulation qui a eu lieu en 2016. La récente étude de l'APAJO (Associaçao Portuguesa de Apostas e Jogos Online) a montré, sur un échantillon certes limité, que 56% des parieurs en ligne se rendaient sur des sites internationaux. 

Les sites internationaux non régulés restent attractifs

Pour cette étude, seuls 609 joueurs ont été sélectionnés. Un peu plus de la moitié d'entre eux a parié au moins une fois sur un site international. Cela n'exclut pas le fait que ces personnes aient aussi misé sur des sites régulés. Il est important de préciser que seuls 6% des répondants ne misent que sur des sites illégaux. 

Le marché des jeux en ligne portugais a été régulé en 2016 mais le nombre d'opérateurs reste assez faible à cause du niveau de taxation élevé. Les opérateurs ne génèrent pas beaucoup de bénéfices avec cette juridiction et il est donc difficile pour ce marché d'être attractif. Pour rappel, le Portugal a régulé les casinos en ligne, les paris sportifs en ligne et le poker en ligne. 

Ce niveau élevé de taxation empêche le marché d'être assez varié pour accueillir tout type d'offres. Pour cette raison, les joueurs en ligne peuvent estimer que ce qu'ils recherchent ne se trouve pas dans l'offre officielle. Ils vont donc voir du côté de l'international, quitte à enfreindre les règles du marché. 

En général, les sondés âgés entre 18 et 24 ans ont plus tendance à aller vers les sites non-régulés que les plus âgés. Cela pourrait être dû au fait qu'ils craignent moins les sanctions que les autres. On est en effet toujours plus téméraire à 20 ans qu'à 30 ou 40 ans. On se soucie moins des règles.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.