Projet PACTE : La Française des Jeux bientôt privatisée

img auteur
Par LE 21.06.2018
Projet PACTE : La Française des Jeux bientôt privatisée

La privatisation de la Française des Jeux avance bon train, comme l’a confirmé le ministre de l’économie Bruno le Maire. Cette privatisation qui intervient dans le cadre du projet PACTE (comprenez Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) est l’une de celles qui aura lieu prochainement, aux côtés des privatisations de Engie et des Aéroports de Paris.

Bientôt dans les poches des investisseurs étrangers

Annoncé à l’origine pour le mois d’avril 2018, le projet de loi PACTE semble être prêt, ou presque. Présenté ce lundi 18 juin, le PACTE propose notamment de privatiser plusieurs entreprises publiques, notamment la Française des Jeux, très rentable et responsable de près d’1 % du PIB annuel.

La FDJ est le monopole des jeux d’argent en France. Elle gère des dizaines de jeux à gratter, des paris sportifs, les différentes loteries comme l’EuroMillions et le Loto et insiste de plus en plus sur sa section digitale.

La FDJ rapporte tous les ans environ 3€ milliards à l’État et reste une entreprise ultra rentable. Le fait de proposer des jeux avec des taux de redistribution très faible n’est évidemment pas étranger à ses bénéfices. En possédant 72 % de la FDJ, l’État s’assure donc des revenus réguliers. Très bientôt cette part sera réduite pour permettre aux investisseurs d’acheter des parts de la firme. Comme souvent, ces investisseurs seront certainement étrangers.

Les milliards de la FDJ

D’après le gouvernement, privatiser la FDJ est un moyen de ramener dans les caisses des l’État. Mais celle-ci génère environ 15€ milliards de mises par an (dont environ 10€ milliards qui reviennent sous forme de gains aux joueurs). L’État empoche donc un pactole très intéressant grâce à sa participation.

Vendre permet en effet de gagner une grosse somme d’un coup mais compromet les profits futurs. D’après les premières estimations, près de 50 % des parts de l’État seront vendues, pour laisser au gouvernement quelque 20 %.

Même en privatisant, l’État gagnera toujours de l’argent avec la FDJ – par le biais des impôts et taxes – mais cette manne sera bien moins importante qu’avant. Notons également que si l’État justifie ces privatisations par le gain en argent, le projet de PACTE devrait coûter environ 1,5€ milliard.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.