Un casino australien accusé d'avoir laissé un criminel de guerre perdre 6$ millions

img auteur
Par LE 24.10.2019
Un casino australien accusé d'avoir laissé un criminel de guerre perdre 6$ millions

Crown Resorts, le plus gros casinotier australien, est accusé d'avoir laissé un criminel de guerre entrer dans ses casinos Crown Melbourne et Crown Perth et perdre plus de 6$ millions au cours de plusieurs sessions de jeux high-stakes. 

Un joueur peu recommandable, mais bienvenue au Crown

Joseph Wong Kiia Tai est un homme d'affaires indonésien connecté au criminel de guerre Charles Taylor, devenu président du Libéria et responsable d'une guerre civile ayant causé la mort de 150,000 personnes. Taylor a été condamné à 50 ans de prison.

Tai était responsable de l'Oriental Timber Company, qui a eu le droit de ratisser le bois de la forêt équatoriale du Libéria (droit octroyé par Taylor). Il a pu couper un quart de la forêt du pays, qui correspond à un sixième de la réserve de toute l'Afrique. Plutôt que de faire payer en argent sonnant et trébuchant, Taylor a conclu un accord avec Tai dans lequel Tai le payait en armes. Ces armes ont ensuite servi à alimenter la guerre civile.

C'est donc ce fameux Tai, qui est sur le coup d'un mandat international et qui n'est censé pouvoir voyager librement, qui s'est rendu à plusieurs reprises dans les casinos du Crown Resorts. Il a pu miser sur les tables VIP des casinos, perdant plus de 6$ millions d'argent potentiellement sale. 

Crown Resorts est donc dans la tourmente pour avoir laissé une telle personne pénétrer et miser dans ses établissements. L'argent gagné par la firme avec Tai a des chances d'être saisi. Si ce n'est pas le cas, Crown devrait recevoir une forte amende pour ne pas avoir repéré l'interdiction de Tai. Pire, il est probable que Crown ait fait en sorte de contourner l'interdiction internationale de Tai pour le laisser jouer.

Selon le média ABC, le ministère de l'Intérieur était au courant des venues de Tai aux Crown et a l'intention d'enquêter de manière approfondie sur les cas d'utilisation abusive du système de Visa.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.