Un néo-Zélandais change de nom après un pari entre amis - Nouveau nom de 99 caractères

img auteur
Par LE 27.03.2014
Un néo-Zélandais change de nom après un pari entre amis - Nouveau nom de 99 caractères

Lorsque vous mélangez alcool et jeux d’argent, réfléchissez bien aux paris que vous pourriez tenir… C’est probablement ce que doit se dire ce néo-zélandais qui, suite à un pari insensé, a du changer officiellement de nom.

Un nom légal ?

Le nom de cet homme est désormais, accrochez-vous, « Full Metal Havok More Sexy N Intelligent Than Spock And All The Superheroes Combined With Frostnova ». Oui c’est bien son nouveau nom et oui il a été accepté par les autorités.

Ce pari a été passé alors que cette personne jouait au poker entre amis. Les amis de « Full Metal Havok… » ont choisi son futur nom s’il perdait un pari (on ne sait ce qu’était ce pari, peut-être tout simplement de perdre tous ses jetons).

Ce qui est incroyable c’est le fait que ce prénom dément ait pu être accepté par les autorités car « il rencontre les exigences concernant les règles des noms, le postulant a payé les frais et a correctement complété le formulaire ». Comme quoi, ça n’est pas plus compliqué que ça.

Les autorités pas très exigentes

La loi en Nouvelle-Zélande interdit des demandes de nom de 100 caractères ou plus, mais avec ce nouveau à 99 caractères, pas de problème. De plus, elle exige de ces nouveaux noms de ne « pas porter atteinte à une personne, être déraisonnablement long ou ressembler à un titre ou un grade ».

Maintenant que ce monsieur a ce nouveau nom, il doit faire les changements qui s’imposent, notamment ceux sur son permis de conduire et sa carte d’identité et espérer qu’il ait de la place pour tout faire rentrer…

Apparemment les résidents en Nouvelle-Zélande ont une tendance de choisir des noms/prénoms totalement ridicules. L’année dernière, de nombreuses demandes de prénoms de bébé ont été refusées comme par exemple King, Knight, Anal ou encore V8…Heureusement pour ceux-ci, les autorités ont mis le holà…

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.