Travailler dans les salles VIP de Macau n'est pas une volonté des croupiers de la ville

img auteur
Par LE 19.06.2014
Travailler dans les salles VIP de Macau n'est pas une volonté des croupiers de la ville

Travailler dans les salles VIP des casinos de Macau n’est pas un but en soi pour les croupiers de la ville, c’est même si possible une chose à éviter.

La particularité de ces salles VIP

Comme vous le savez, Macau est une ville qui regorge de joueurs high-roller. La force de cette destination de jeux ne vient pas que de ces joueurs fortunés mais est tout de même fortement dépendante de ces derniers.

Quand un joueur arrive et annonce être prêt à dépenser plusieurs dizaines ou centaines de milliers de dollars (une part non-négligeable d’entre eux compte même en millions), le tapis rouge est déroulé pour que celui-ci soit le plus à l’aise possible et puisse dépenser sans compter.

C’est la raison pour laquelle les règles ne sont pas les mêmes pour ces joueurs que pour les joueurs lambdas. Par exemple, les salles VIP de Macau sont souvent fumeurs. Cela fait partie des exigences de ces gamblers.

Il y a aussi des problèmes de comportement vis-à-vis des croupiers. Perdre une somme considérable peut mettre à rude épreuve les nerfs de certains joueurs, c’est pourquoi insulter un croupier (et dans certains cas en venir aux mains) peut parfois devenir un « classique » des salles VIP de Macau.

Non au tabagisme passif et aux insultes

Un sondage a été lancé sur plus de 1.000 croupiers de Macau pour savoir s’ils étaient globalement intéressés pour travailler dans ces salles VIP. Plus de 55% d’entre eux ont répondu qu’ils préféraient garder leur poste et ne pas migrer vers ces salles réservées aux high-rollers.

La raison principale invoquée est le fait qu’ils ne veulent pas subir le tabagisme passif de ces joueurs. A n’en pas douter, le fait de prendre le risque de se faire insulter sans avoir le droit de répondre peut également pencher sur la balance...

Lorsqu’on allie les risques de tabagisme passif (sans compter les odeurs sur le corps et les vêtements) avec les insultes trop fréquentes, on comprend pourquoi les croupiers de Macau font partie des moins heureux au monde. Comme quoi on peut travailler dans la plus grosse ville de casinos du monde et ne pas se sentir satisfait pour autant. 

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.