L'Asie prépare le terrain pour devenir définitivement le paradis des casinos et des jeux d'argent

img auteur
Par LE 19.03.2014
L'Asie prépare le terrain pour devenir définitivement le paradis des casinos et des jeux d'argent

L'Asie est déjà l'endroit du monde où les jeux d'argent et les casinos ont pris le pouvoir. Grâce à Macau, Singapour et surtout aux futures puissances – Japon en tête – c'est là où les investisseurs et les propriétaires de casinos regardent...

Macau solidement installé en numéro 1

Vous le savez, la région administrative de Macau est de très loin la plus importante pour les casinos terrestres. L'année dernière, 45$ milliards y ont été générés par les établissements de jeux. Il y a actuellement 35 casinos en activité dans cette ville et les projets ne sont pas au point mort avec par exemple le Lisboa Palace de Stanley Ho (inspiré de Versailles) ou le Parisian de Sheldon Adelson qui sont en construction.

Aujourd'hui, les plus gros opérateurs réalisent la majorité de leur bénéfices à Macau. Le Las Vegas Sands a réalisé 86% de ses revenus totaux dans l'ancienne colonie portugaise, le MGM Resorts 38%, Wynn Resorts 74% et Melco Crown tout simplement 100%.

Lorsque le projet d'EuroVegas est finalement tombé à l'eau, Adelson avait laissé croire qu'il changera de ville mais resterait en Europe pour délocaliser le projet de 30$ milliards. La réalité est qu'il existe un futur marché qui promet de tout renverser sur son passage (à l'exception de Macau l'intouchable) et ce marché est le Japon.

Le Japon et son futur marché colossal

Jusqu'à maintenant, les casinos sont interdits au Japon mais cela devrait changer dans les années à venir. La raison semble double : générer des milliards en taxes pour le gouvernement et pallier aux dépenses colossales des prochains JO. Car en 2020, les Jeux Olympiques vont se tenir au Japon. Or ce genre d'événement coûte un bras et ce n'est qu'un doux euphémisme...

Aussi les législateurs commencent à se dire qu'il ne serait pas bête d'essayer de grappiller des milliards afin de de ne pas tomber définitivement dans le rouge (la dette du Japon étant l'une des plus explosives au monde) à l'occasion de cet événement sportif planétaire. S'inspirer en partie du modèle de Macau pourrait être un bon moyen se s'assurer des rentrées d'argent régulières.

Assez vite, les casinos du Japon pourraient générer 10$ milliards (au bas mot), soit plus que les estimations de 2014 pour Las Vegas de 7$ milliards. Une chose est sûr, si le Japon rend les casinos terrestres légaux, l'argent va commencer à pleuvoir et les projets les plus onéreux vont voir le jour.

Les investisseurs prêts pour le Japon

Et les investisseurs principaux ont déjà commencé à préparer leurs milliards ! Comme le dit Adelson sur le sujet « Nous dépenserons ce qu'il faudra. Nous pouvons tout payer en cash. Mais nous n'avons pas à le faire et nous emprunterons de l'argent de la façon la plus commune. »

Les casinotiers recherchent des partenaires locaux pour mettre à bien leur futur projet de casinos à Tokyo et Osaka. La compétition va être un véritable bain de sang. Une fois la législation passée, cela va être une course à coups de milliards pour savoir qui sera le mieux représenté, aura le plus beau casino et bénéficiera des clients les plus fortunés.

MGM Grand a déjà annoncé qu'il était prêt à investir 5$ à 10$ milliards pour ses propriétés au Japon. En plus de cela, la compagnie a été déjà prévu de doubler ses investissements à Macau avec la construction du MGM Cotai en 2016. Décidément ces gens-là ont une faim insatiable...

Alors entre Macau qui bat des records et qui promet de devenir de plus en plus gros chaque année – des analystes estiment que les bénéfices pourraient atteindre 90$ milliards en 2020, soit le double de l'année dernière, rien que ça – et le Japon qui devrait devenir son fidèle dauphin, nul doute que l'Asie est LA terre du gambling. Sachant que d'autres lieux sont déjà et/ou seront très attractifs, notamment Singapour ou le Sri Lanka.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.