Le Portugal ouvre son marché des jeux de casino en ligne et met fin au monopole de Santa Casa

img auteur
Par LE 03.03.2015
Le Portugal ouvre son marché des jeux de casino en ligne et met fin au monopole de Santa Casa

Le Portugal a adopté une nouvelle législation sur les jeux de casino en ligne et a mis fin au monopole d’exploitation de la Santa Casa de la Misericordia. Désormais les sociétés de jeux étrangères pourront soumettre leur candidature pour proposer leur offre aux résidents portugais.

Des conditions peu avantageuses

Nous l’avions évoqué fin 2013, le gouvernement portugais réfléchissait à une ouverture du marché en ligne.

Le nouveau régime prochainement instauré sera caractérisé par un taux de taxes impressionnant, notamment une taxe sur les mises de paris sportifs comprise entre 8 et 16%. Pour beaucoup le système de taxation risque de ne pas attirer ou faire fuir les opérateurs de jeux.

Les casinos en ligne et le poker seront taxés à 15% du Produit Brut des Jeux si les revenus sont inférieurs à 5€ millions. Puis ce taux augmentera de 3% pour chaque million supplémentaire, sachant qu’un plafond a été décidé à 30% quand les revenus arrivent à 10€ millions.

Le pays espère récolter quelques 25€ millions en taxes annuelles. Mais les analystes de PricewaterhouseCoopers craignent que les taux trop élevés puissent entraîner le départ de 80% des opérateurs la première année, et la réduction du chiffre d’affaires de jeux en ligne de 20€ millions sur les trois premières années.

Enfin les opérateurs devront poser une caution de 500.000 euros pour pouvoir soumettre leur candidature.

Point rapide sur les casinos terrestres

L’une des raisons pour lesquelles cette ouverture du marché a lieu est qu’il faut compenser la baisse des casinos terrestres et réduire les jeux illégaux.

Les jeux de casino illégaux sont en partie responsables de la baisse de chiffre d’affaires de 33% des casinos terrestres. En 2014, 267€ millions ont été généré ; en 2008 ce chiffre était à 381€ millions.

En moyenne les casinos terrestres paient des taxes à hauteur de 50%, sachant que la grande partie de cet argent sert à nourrir l’industrie du tourisme.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.