Rater de peu un gain sur une machine à sous vous pousse-t-il à jouer plus ?

img auteur
Par LE 03.10.2019
Rater de peu un gain sur une machine à sous vous pousse-t-il à jouer plus ?

Le fait de rater de peu un gain sur une machine à sous a longtemps été vu comme une façon de pousser les joueurs à miser plus. Cela fait partie des idées reçues liées au monde des machines à sous, que ce soient terrestres ou en ligne. Mais selon une étude de l'université d'Alberta, il n'existerait aucune corrélation directe entre le fait de louper un gain de peu et le fait de vouloir jouer plus.

N'est-ce donc qu'une idée reçue ?

Les développeurs de machines à sous tentent tout pour vous donner envie de jouer. En 2013, nous avions observé que le fait d'attribuer un son à un gain créait chez le joueur un sentiment de victoire, alors même que ce gain pouvait être inférieur à la mise initiale. Cela poussait le joueur à se sentir gagnant alors qu'il ne l'était pas. 

Plus récemment, ce sont les chercheurs de l'université d'Alberta qui ont débunké une théorie de machines à sous, à savoir le fait que rater un gain de peu pouvait "exciter" un joueur et le pousser à jouer plus pour accrocher ce fameux gain à portée de main. En ce sens, beaucoup de joueurs peuvent se reconnaître dans ce constat. Toucher deux scatters sur un spin peut éventuellement pousser à "spiner" plus pour décrocher une combinaison à trois scatters, souvent synonyme de free spins. 

L'étude (ici en anglais) a montré, en suivant l'activité neurologique de joueurs de machines à sous, que leurs cerveaux ne montraient pas de signes d'engouement ou d'excitation dans ce genre de situation. En tout cas pas autant d'engouement qu'on pourrait le croire. Les résultats ont montré que leurs comportements allaient d'ailleurs à l'inverse des résultats du jeu. En clair, si le jeu donnait peu, les joueurs avaient tendance à vouloir prendre des risques mais si le jeu se montrait plus actif, ils avaient tendance à ce calmer.

Il est important de noter que l'étude n'a été menée que sur 43 individus, ce qui en fait un échantillon assez faible. On aimerait que les tests soient portés sur des centaines voire des milliers de sujets pour apporter des réponses plus fermes.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.