Casinos en ligne au Portugal : le marché est en forme mais les joueurs misent quand même illégalement

img auteur
Par LE 19.12.2019
Casinos en ligne au Portugal : le marché est en forme mais les joueurs misent quand même illégalement

Au Portugal, le marché des jeux d'argent en ligne se porte bien et montre des résultats croissants depuis sept trimestres d'affilée. Malgré cette bonne forme, les joueurs du pays continuent de fréquenter en partie les sites non-régulés.

Offre légale et illégale cohabitent

Le marché du Portugal est complet en termes d'offre. Les casinos en ligne, le poker en ligne et les paris sportifs en ligne sont régulés et participent aux rentrées d'argent trimestrielles du gouvernement. Le régulateur Serviço Regulaçao e Inspeçao de jogos do Turismo de Portugal (SRIJ) a publié les résultats du troisième trimestre 2019 et s'est félicité de la tendance. Il s'agit en effet du septième trimestre consécutif à la hausse. 

Avec ses 11 opérateurs, le Portugal a généré 54€ millions, ce qui est supérieur de 15,2€ millions au même trimestre en 2018 et représente une hausse de 39,1%. Le profit des opérateurs, ainsi que celui du gouvernement, a été remarquable. 

Les paris sportifs ont été dynamiques, mais pas autant qu'au troisième trimestre 2018. Rien de plus normal car la Coupe du Monde a eu lieu l'année dernière et a été la locomotive de cette période. De son coté, l'activité des casinos en ligne a continué sa progression avec quelque 5€ millions de plus qu'au T2 2019 et plus de 20€ millions de plus qu'au T3 2018 !

149,000 nouveaux joueurs ont rejoint les rangs des opérateurs agréés ce dernier trimestre, ce qui est supérieur aux 125,200 nouveaux parieurs que le T1 2019 a apporté et aux 102,200 constatés par le T2.

Malgré cette bonne forme, les Portugais continuent à être séduits par l'offre illégale. Le pays est certes dynamique, il ne propose pas un grand nombre d'opérateurs. Les joueurs sont donc enclins à parier sur les sites régulés mais également sur les non-officiels. Selon les chiffres de l'APAJO (Associaçao Portugesa de Apostas e Jogos Online), quelque 56% des parieurs misent encore sur l'offre illégale de façon plus ou moins fréquente.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.